Bienvenue sur My kid is happy ! Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute lire mon livre qui vous donne de précieuses astuces pour éduquer dans la joie, de manière à ce que votre enfant grandisse connecté à son cœur et libre d’exprimer son plein potentiel ! Cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement ! 🙂

 

Les disputes entre enfants

Il m’est arrivé à plusieurs reprises d’intervenir dans des disputes entre enfants. Il me semblait sur le moment qu’il était primordial de leur éviter des pleurs, des coups, des cris, etc.

D’un autre côté, à chaque fois que je suis intervenue, je les ai privé de trouver une solution par eux-même à leur dispute. Alors je t’invite dans cet article à découvrir le jeu des grands sages. Ce jeu permet de manière d’entraîner nos enfants hors contexte, à trouver des solutions par eux-même à leurs disputes. Après quelques jeux du grand sage, ils ont intégré un tas de solutions pour leur vie quotidienne !

 

S’entraîner à résoudre une dispute

La partie limbique de notre cerveau ne fait pas la différence entre le réel et l’imaginaire. Ce qui fait qu’en trouvant des solutions dans le jeu des grands sages, les enfants imprègnent le fait qu’ils savent trouver des solutions aux disputes. Ça devient une partie intégrante de leur personnalité.

Un sportif s’entraîne à courir avant de faire un marathon. Un astronaute s’entraîne dans des simulateurs avant de partir sur la lune. Pour être capable de résoudre une dispute, les enfants aussi ont besoin de s’entraîner.

 

Sortir du triangle bourreau, victime, sauveur

Et puis, si on prend du recul sur la situation, lorsqu’un adulte intervient dans une dispute, il se pose en qualité de sauveur. L’adulte désigne une victime et un coupable. Il protège la victime et condamne le coupable. En soi, ça paraît logique, mais comment être certain que la victime soit vraiment la victime ?

Quand j’étais petite, j’aimais beaucoup provoquer mon frère. Le schéma était toujours identique. Je le provoquais, il me tapait, je pleurais, il était puni. Étais-je vraiment la victime et lui le coupable ? Je n’en suis pas certaine.

En intervenant dans des disputes, on peut donc se tromper, car on ne connait pas l’origine de la dispute. Parfois la dispute peut même dater de plusieurs jours.

Et puis, en se positionnant en tant que sauveur de l’enfant victime, quelque part (et j’exclus bien entendu de mon discours les disputes vraiment dangereuses), on l’empêche aussi de prendre son pouvoir et de s’affirmer. Un enfant a toutes les ressources en lui pour s’affirmer. C’est parfois plus facile pour lui de pleurer et d’attendre l’intervention d’un adulte. Mais à long terme, est-ce vraiment bénéfique ? N’y a-t-il pas un risque de l’enfermer dans un schéma de victime jusqu’à l’adolescence voire l’âge adulte ?

 

Le jeu des grands sages

Bref, sur ces belles questions, je t’invite à un chouette entrainement pour que tes enfants apprennent à régler leurs disputes par eux-mêmes ! Youpiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!

Le jeu s’articule de la manière suivante :

Les enfants constituent l’assemblée des grands sages. S’il n’y a qu’un seul enfant, il est le grand sage. Deux adultes font semblant de se disputer. Les grands sages sont invités à proposer des solutions aux adultes pour résoudre le conflit.

Rejoins le défi de 21 jours d’éducation positive et tu recevras la vidéo de ce jeu.

Le jeu des grands sages est très drôle pour les parents et pour les enfants. Les adultes l’ayant pratiqué sont souvent étonnés de voir que les enfants regorgent de solutions.

Il arrive aussi parfois que l’enfant ne trouve qu’une seule solution pas tout-à-fait adéquate. Dans ce cas, ce n’est pas grave. L’important est de l’encourager. Par exemple en lui confirmant qu’il a trouvé une solution (et donc considérer que l’exercice est réussi). Quand on pose une question à un être humain pour la première fois, il a toujours du mal à y répondre. Si je te demande quelle est l’origine de ta dernière pensée ? Il se peut que tu aies du mal à y répondre. Plus l’enfant pratiquera le jeu, plus il sera créatif en réponses.

Petit à petit, les solutions qu’il proposera s’ancreront dans son cerveau. Et ainsi, quand il se retrouvera en réelle situation de confit, il aura une trousse de secours toujours à disposition pour savoir comment le résoudre.

 

Reçois 21 jeux d’éducation positive

T’est-il déjà arriver de crier, punir ou menacer pour faire en sorte que ton enfant obéisse aux règles ? Personnellement c’était mon quotidien avant de découvrir l’éducation positive. Et à l’époque je générais 80% de stress éducatif. Quand j’ai découvert l’éducation positive, je suis passée à 80% de plaisir éducatif. Aujourd’hui, j’ai à cœur de te transmettre les plus belles pépites que j’ai trouvé !

Avec 5 amies spécialistes en éducation positive et naturelle, nous avons confectionné un défi de 21 jours d’éducation positive 100% gratuit. En t’inscrivant au défi, tu recevras chaque jour une nouvelle vidéo de 2 à 5mn te présentant un nouveau jeu à partager avec tes enfants. Les jeux sont adaptés aux enfants de 2 à 10 ans. Voici quelques-unes des 21 problématiques traitées :

  • Les crises de colère
  • La politesse
  • Le rangement
  • Le coucher
  • Les disputes
  • Les bouderies
  • Les devoirs
  • Les émotions
  • La confiance en soi
  • La gratitude
  • L’écoute
  • Le bien-être

Rejoins le défi de 21 jours d’éducation positive en cliquant ici.

 

Pin It on Pinterest

Share This