Encore devant tes jeux vidéo ? On avait dit 30mn et puis fini. Maintenant c’est FINI. Il y a tant d’autres belles choses à faire. C’est fini ou alors je le confisque pour toute la semaine. Et là… grosse crise de colère. Rassurez-vous, que la crise de colère explose, c’est normal. Quand on impose une limite de temps de jeux vidéo aux enfants, c’est aussi frustrant pour lui que quand le nutritionniste nous interdit de manger ce que l’on aime pendant un régime 🙂

Bienvenue sur My kid is happy ! Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute lire mon livre qui vous donne de précieuses astuces pour éduquer dans la joie, de manière à ce que votre enfant grandisse connecté à son cœur et libre d’exprimer son plein potentiel ! Cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement ! 🙂

Dans cette vidéo nous allons voir comment sortir durablement nos enfants de l’addiction aux jeux vidéo.

Et cela sans menace, sans chantage, sans punition et… sans crise de colère. Trop cool !

Qu’ils soient petits ou grands, nos enfants seront tous confrontés un jour ou l’autre aux jeux vidéo. Le problème arrive quand ils y jouent en excès et se coupent du monde réel. Toutefois, si c’est votre cas, pas de panique. Le jeu vidéo est un moyen qu’utilise l’enfant pour construire quelque chose en lui. Ce n’est pas une fin en soi. En moins d’un mois, il est possible de les sortir durablement de leur addiction 🙂

1. Identifier ce que l’enfant construit en lui avec les jeux vidéo

Pour pouvoir identifier ce que l’enfant construit en lui avec ses jeux vidéo, nous avons besoin de nous y intéresser 🙂 Prendre quelques minutes pour y jouer avec lui et comprendre ce qui lui plaît tant. Est-ce d’établir une stratégie, de développer sa puissance, de travailler en équipe, développer ses réflexes ? Qu’est-ce qu’il construit en lui par ce moyen qu’il a sous la main ?

2. Le lui apporter dans la vie réelle

Une fois que nous avons identifié ce que l’enfant cherche à construire en lui, le but est de lui apporter une réponse à ce même besoin dans la vie réelle. Pour cette deuxième étape, nous avons besoin de nous investir, donc de prévoir plus de temps de disponibilité que d’habitude. Le jeu vidéo est addictif et drôlement chouette pour un enfant. Donc là, le plan de bataille est de s’équiper de notre plus belle énergie et de notre créativité pour lui apporter de manière enthousiasmante quelque chose qui réponde aux mêmes besoins.

Par exemple s’il joue à des jeux vidéo de bagarre : le but va être de lui apporter des activités qui lui permettent de développer sa puissance. Pour les petits ça pourra être jouer à la bagarre à la maison, faire une bataille d’oreiller, l’inscrire à des cours de sport de combat, etc. Pour les plus grands ça pourrait être l’emmener jouer au paintball avec ses copains, l’inscrire à un cours de sport de combat, etc.

3. Reconnaître les bienfaits des jeux vidéo

Cette étape est capitale tout au long du parcours, car si l’enfant sent qu’on est en opposition face à ses jeux vidéo, il développera plus de résistance à ce qu’on lui propose. Alors, comme ce n’est pas toujours évident de trouver les bienfaits, voici un petit coup de pouce 🙂

D’abord, quand ils sont devant les jeux vidéo nous avons du temps libre. Hihi oui, c’est bien pour ça qu’ils y ont été confronté, parce qu’un jour on avait quelque chose de très important à faire sans être dérangé… et là ils ont commencé à y prendre goût 🙂

Ensuite, si on continue sur l’exemple des jeux vidéo de bagarre. A priori ils peuvent faire peur par leur violence. Mais quand on sait que c’est pour construire sa puissance que l’enfant y joue, ça permet de relativiser. En effet, le sentiment de puissance permet d’activer la détermination. Et de la détermination, ils en auront bien besoin pour mener à bien tous leurs magnifiques projets de vie. Ça leur permet également de cultiver leur confiance en eux car ils se sentent forts et puissants dans les jeux vidéo. Et en soi, ils en auront bien besoin de confiance en eux pour mener à bien tous leurs futurs projets de vie.

Je ne dis pas de les laisser devant les jeux, au contraire, mais simplement que pour s’engager dans une cure de détox de jeux vidéo, c’est plus sympa de voir ce côté positif. Ça nous permet d’aller au rythme de l’enfant. De voir que si un jour, il passe plus de temps que prévu devant un jeu, il y a quand même du positif. Et voir ce côté positif permet d’aborder le jour suivant avec une belle énergie, plus stimulante pour l’enfant.

En suivant ces trois étapes… votre succès est garanti. Alors il me reste juste à vous souhaiter une bonne détox 🙂

Vous en avez marre de crier, répéter 50x la même chose, punir, menacer votre enfant pour qu’il obéisse ? Cliquez ici pour rejoindre la formation J’éduque dans la joie 🙂

Pin It on Pinterest

Share This